La France est un mythe

par


REMISE DES PENDULES A L'HEURE HISTORIQUE

(par Georges Labouysse
Institut d'Etudes Occitanes)


Les Wisigoths font partie de ces peuples totalement occultés par l'histoire car leur existence ne cadre pas avec le point de vue officiel.

Partis de scandinavie au 1° siècle après JC, ils établirent une brillante civilisation qui s'étendait, à son apogée au 5° siècle, du détroit de Gibraltar à la Loire, alors que leurs cousins Ostrogoths occupaient l'Italie et une partie des balkans.


Au début du Moyen-Âge, tout le sud de la France était donc Wisigoths.

Ce sont eux qui, de leur capitale de Toulouse, vont réellement fonder et étendre la civilisation médiévale avec sa culture, son droit (le code Alaric) et son système féodal qui, à l'origine, était un système qui visait à donner un maximum de liberté aux différentes tribus et clans, qu'ils soient Goths, Ibères, Basques ou Celtes.

Seulement, privilégiant avant tout la liberté et n'ayant pas l'intention de subir le joug de quiconque, ce peuple ne plaisait pas du tout à l'église catholique.

Bien que convertis très tôt au Christianisme, les chefs Wisigoths s'étaient rangés du côté de "l'hérésie arienne" qui plaçait Jésus non comme l'égal de Dieu, mais en dessous.

Cette divergence doctrinale faisait que les Goths ne reconnaissaient pas la hiérarchie ecclésiastique romaine et avaient leurs propres prêtres.

Pour remédier à ce problème, l'Eglise misa tout sur une peuplade vivant sur le territoire de l'actuelle Belgique et qui avait commencé à faire des conquêtes au nord de la Loire: les Francs!

Par le fameux baptême de Clovis, Rome offrit toute sa puissance magique à ce peuple qui allait dès lors se lancer à la conquête du Sud. Grâce à des alliances avec d'autres peuples également soumis à l'Eglise romaine, elle réussit finalement à repousser les derniers Wisigoths en Espagne où ils seront, un siècle plus tard, rayé définitivement de l'histoire par les invasions arabes.

Dès lors, pillant la culture et la richesse des Wisigoths, récupérant leur système féodal et l'inversant afin d'en faire un système d'esclavage, les Francs vont s'affirmer comme seuls et uniques maîtres légitimes de ce qui va devenir la France, écrasant au passage les multiples peuples qui composaient ce territoire.
L'Occitanie continuera cependant longtemps à marquer sa différence par rapport à Paris, et cela jusqu'au moment où l'Eglise lancera ses croisades contre les hérétiques albigeois et pyrénéens.

Le Catharisme ne fut en réalité que l'apogée spirituelle, la fleur de la haute civilisation mise en place par les Wisigoths. Ce mouvement fut possible grâce à l'état d'esprit Wisigoth qui habitait encore de nombreux seigneurs de cette région.

Lorsque l'inquisition frappa, c'en fut fini de l'Occitanie.

Quelques siècles plus tard, comme de nombreux peuples annexés continuaient de demander l'autonomie et la liberté, à refuser leur assimilation totale à un système artificiel, les héritiers de la dynastie des Francs eurent l'idée géniale d'organiser une révolution portant les couleurs de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Dès lors, plus aucun peuple n'osera demander la liberté puisque ce sera Paris même qui sera (soit disant) le porteur et le garant de cette notion!

Et l'on sait ce qu'il est arrivé aux ennemis de la liberté!....

C'est surtout à partir de la révolution française que l'on va réécrire l'histoire de France (Jules Michelet notamment), et la marteler dans les têtes par le biais de l'Education Nationale, le but étant qu'aucun peuple du territoire français ne puisse un jour imaginer ne pas être "Franc".

C'est ce que nous révèle l'historien occitan Georges Labouysse dans son livre "L'histoire de France: L'imposture!" dont voici quelques extraits:

NOS ANCÊTRES LES GAULOIS.

"Il y a 2000 ans, notre pays la France s'appelait la Gaule et ses habitants les Gaulois... Nos ancêtres les Gaulois étaient grands, blonds et avaient les yeux bleus!..."

Chacun de nous a appris par coeur cette phrase lue dans nos manuels scolaires d'histoire.
Et pour enfoncer dans nos pauvres crânes cette "vérité historique", on nous montrait la carte de l'hexagone où figurait en gros caractères le mot "Gaule" avec comme sous-titre le mot "France". Nous avions donc là une nation: la Gaule (c'est à dire la France!); une capitale: Lutèce (Paris); un chef: Vercingétorix...et une langue: le Gaulois (devenue plus tard le français).
Or la réalité est bien différente. En effet, le mot "Gaulois" fut inventé par les Romains, plus précisement par Jules Cesar, qui parlait toutefois des Gaules. On lit dans ses mémoires de la guerre des Gaules:

"L'ensemble de la Gaule est divisée en trois parties: l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par le peuple qui, dans sa langue, se nomme Celte, dans la nôtre Gaulois.

Tous ces peuples différents entre eux par le langage, les coutumes, les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine..."

Il faut noter ici que César ne parle pas ici du territoire qui s'étend de la Garonne aux Alpes (Languedoc et Provence actuels) puisque ces pays étaient romains bien avant sa naissance!

Déjà là, le mythe d'une France gauloise unitaire a du plomb dans l'aile! Et pour ne parler que des territoires du sud de la Loire, à titre d'exemple, voici quelques peuples que les Romains rencontrèrent lors des conquêtes de ces pays:

Les Ligures dans l'actuelle Provence, les Ibères en Languedoc, les Aquitains entre la Garonne et les Pyrénées qui sont les ancêtres des Basques et des Gascons, les Volsques à Toulouse, et n'oublions pas les Grecs de la Côte d'Azur!

Mais d'où vient donc cette légende de "nos ancêtres les Gaulois"?

Au Moyen-Âge, les moines qui écrivaient "Les grandes chroniques de France" racontaient qu'après la destruction de Troie, rapportée par le Grec Homère, l'un des Troyens qui avait fuit la ville était venu fonder un royaume entre le Rhin et le Danube. Ils appelèrent ce Troyen "Francion". Son descendant, "Pharamon", aurait combattu les Romains avant de fonder le Royaume de France. Pharamon fut désigné encore dans certains ouvrages du 19° siècle comme le premier roi de France qui aurait engendré toutes les dynasties françaises! Toutefois, pour les révolutionnaires de 1789 qui combattaient les rois, les Français ne pouvaient pas descendre de ces francs royalistes, d'où l'idée de trouver d'autres ancêtres...et ce furent les légendaires Gaulois qui furent choisis!

Toujours selon ces manuels scolaires, dans l'antiquité romaine, nos ancêtres les Gaulois deviennent naturellement "gallo-romains": ils habitent toujours l'hexagone qui devient logiquement la Gaule romaine...une et indivisible bien entendu!

Tout le monde parle latin et les anciens peuples que nous avons évoqués n'existent plus puisqu'ils étaient tous Gaulois.

Et pourtant ici aussi, la réalité est très différente. Par exemple, sait-on que pendant toute cette période antique, les Aquitains ont toujours résisté aux aux colonisateurs romains?

Ils refuseront leur intégration aux Celtes du nord et, au 3° siècle, arracheront au sénat de Rome leur autonomie.

Au siècle suivant, l'administration romaine est décentralisée. Quatre diocèses sont formés pour la région atlantique s'étendant de l'Angleterre au Maroc. Or, ce qui est intéressant pour les Occitans, c'est de voir que le diocèse de Viennoise (aussi appelé "des sept provinces") recouvre approximativement le futur domaine de la langue occitane! Le diocèse des Gaules recouvre, lui, le futur domaine de la langue d'Oïl. Ce n'est certainement pas un hasard...

Et voici qu'à présent les manuels scolaires vont nous donner une vision terrifiante des "grandes invasions barbares". Mais un de ces peuples est glorifié: les Francs et leur chef Clovis qui est qualifié même de premier "roi des francs"...

Alors que la France n'existait bien sûr pas au 5° siècle. On va surtout cacher lamentablement l'existence du plus vaste Etat d'Occident à cette époque:

Le royaume des Wisigoths.

Un peuple qui préfigurera l'émergence de la future civilisation occitano-catalane du Moyen-Âge.

Après la destitution, en 476, du dernier empereur d'Occident, Romulus Augustule, les peuples d'Occident vont constituer des entités politiques indépendantes, comme l'Etat Wisigoth de Toulouse. Les francs sont encore, à cette époque, cantonés en Belgique actuelle et dans les Flandres. Mais par des crimes abominables touchant jusqu'à sa propre famille, et avec l'aide de Rome, Clovis et ses descendants vont réussir à conquérir le nord de la France, puis l'Aquitaine, la Provence, la Burgondie...Les Wisigoths sont alors contraints de déplacer leur capitale à Tolède, en Espagne. Toutefois, même à cette époque, Béziers, Nîmes, Montpellier, Carcassonne, Narbonne, Perpignan restent wisigothiques! Ces villes n'ont jamais été mérovingiennes!

LES SAINTS DU PANTHEON "FRANC".

Encore une fois, les manuels d'histoire font totalement l'impasse sur ces réalités. Pour eux, la France a toujours existé et existera toujours. A partir de là, on va justifier toutes les abominations par la glorification de héros mythiques et intouchables que chaque écolier est condamné à vénérer.

"La France personifiée c'est une religion", disait Jules Michelet.

L'Etat va ainsi naturaliser français les Germains Clovis, Charlemagne et son grand-père Charles Martel.

Le premier, nous l'avons vu, fut "roi des Francs" Saliens, en Belgique, avant de s'emparer d'autres territoires. Le second fut empereur germanique. Il essuya une défaite historique, au col de Roncevaux dans les pyrénées, où son arrière garde fut décimée par des Basques insurgés et il dût reconnaître, lui aussi, l'autonomie de l'indomptable Aquitaine.

(C'est sans doute pour cacher cette défaite honteuse que les parisiens écriront plus tard le mythe de Roncevaux selon lequel il aurait été tué lors d'une bataille contre les Maures, alors que c'est en réalité par des dissidents sur son propre territoire que ce cousin de Charlemagne fut tué).

Quant au troisième, il passe aux yeux des français pour le héros qui "a sauvé la France de l'invasion arabe".

Mais, en vérité, l'avancée arabe au nord des pyrénées fut stoppée définitivement, non à Poitiers mais sous les murs de Toulouse, le 9 juin 721, par le Duc Eudes d'Aquitaine qui sera d'ailleurs qualifié par le pape de "sauveur de la chrétienté"...

Puisque nous évoquons les saints de France, nous ne pouvons passer sous silence les crimes contre l'humanité commis par un personnage vénéré par tous les manuels scolaires: Louis 9, dit St Louis, pourfendeur des Cathares et de nombreux occitans.

Un roi qui affirmait :

"Quand on entend médire de la foi chrétienne, il ne faut la défendre qu'avec l'épée, dont on doit donner dans le ventre autant qu'elle peut entrer".

Le futur St Louis devenu majeur répandit l'inquisition, véritable Gestapo qui détruisit les consciences et parfois les corps: n'allait-on pas jusqu'à déterrer les corps des morts soupçonnés d'hérésie pour les brûler?!
Cette machine à broyer les esprits fut utilisée non seulement contre les Cathares mais aussi pour réprimer toute résistance à l'ordre nouveau imposé par Paris.

Ainsi fut anéanti un espace culturel original ouvert aux influences d'Orient et aux échanges avec la Médetrranée, en plein épanouissement de l'Art roman et de la langue d'Oc des troubadours (langue complète que l'on fit ensuite passer pour un simple patois).

L'ANNEXION DES TERRITOIRES "FRANCS".

Après la conquête du comté de Toulouse, les Francs vont tenter de franciser les pays soumis en développant une administration royale de type colonial qui sera très efficace. Avec la monarchie absolue de "droit divin", on assista à une chasse aux hérétiques dont les protestants seront les premiers à faire les frais. Au nom de l'idéologie totalitaire d'un Etat monolithique (une foi, un roi, une loi), Louis 14 révoquera l'édit de Nantes promulgué par son grand-père gascon Henri 4. Contre les huguenots seront proférées des menaces et perpétrées des violences permanentes, comme les chantages aux enlèvements des enfants.

La paix française c'est aussi la centralisation administrative sur Paris et l'ordonnance sur Villers-Cotterets, signée en 1539 par François 1°, qui fait du langage maternel "françois" la seule et unique langue pour tous les actes judiciaires. Le totalitarisme de François 1° sera raillé par Maximilien d'Autriche qui constate que le roi de France est un roi des bêtes, "car, en quelque chose qu'il commande, il est obéit comme l'homme l'est par les bêtes".

Il faut dire que ce Maximilien avait des raisons d'en vouloir aux Francs car une expédition militaire menée en Bretagne, en 1491, avait contraint la Duchesse Anne à annuler son mariage avec Maximilien afin d'épouser à la place Louis 12. Le but de ce mariage? Tout simplement annexer la Bretagne. La même tactique sera utilisée pour l'annexion de la Provence en 1547.

Quant à la Corse du 18° siècle, qui venait d'établir une république indépendante sous l'égide de Pascal Paoli, avec une constitution qui fit l'admiration des esprits éclairés d'Europe et qui servit même de modèle à la constitution des Etats-Unis d'Amérique, elle fut achetée, en 1768, par Louis 15 à la République de Gênes, comme on achète une caisse de mandarines!

Plus tard encore, en 1860, le "peuple souverain de Savoie" sera purement et simplement annexé par l'Etat français. Pour légitimer cet acte, Napoléon 3 organisera un de ses référendums-plébiscites dont il avait le secret: pas de bulletins NON; pas d'isoloirs; abstention interdite; vote sous surveillance des curés et des gendarmes...Résultat: un OUI franc et massif de 99% qui met fin à l'autonomie dont bénéficiaient auparavant les Savoisiens au sein de la Confédération Helvétique.

Rappelons qu'aujourd'hui la Savoie n'est même pas une région administrative!

Finalement, mentionnons le triste sort de l'Alsace lorsqu'elle fut récupérée après la première guerre mondiale. Le 2 mars 1918, une instruction ministérielle institue pour l'Alsace-Lorraine des commissions de triage pour une épuration éthnique à la française, qui fonctionneront dès le 28 novembre 1918, quelques jours après la signature de l'armistice. Tous les Alsaciens seront classés selon des critères de pureté raciale et recevront des cartes d'identité différentes, classées de A à D, en fonction de leurs origines.

Parallèlement, 1500 nouveaux instituteurs arrivent de l'intérieur de la France pour remplacer les instituteurs alsaciens. Le nouveau recteur, Sébastien Charléty, en poste de 1919 à 1927, agit en véritable colonisateur culturel lorsqu'il affirme au Figaro:

"Il s'agit d'éliminer toute possibilité de penser dans la langue maternelle, en lui substituant la trilogie: savoir le français, parler le français et penser en français...On élève pas un peuple en lui cédant..."

En ce qui concerne la lutte des alsaciens pour leur autonomie, il faut savoir que le 31 mai 1911, l'Empereur d'Allemagne promulguait une loi instituant un nouveau statut pour l'Alsace, une constitution qui accordait le pouvoir législatif à un parlement alsacien-lorrain et qui jetait les bases d'un embryon d'Etat alsacien. Finalement, en 1918, l'Allemagne concède à l'Alsace d'Etat fédéré. Mais il est trop tard et l'issue de la guerre en décidera autrement. La politique d'assimilation forcée de la France jacobine ne pouvait tolérer cet état de fait et mettra une fin brutale au rêve alsacien d'un Etat neutre comme la Suisse, un Etat "tampon" entre la France et l'Allemagne!...

DES CONSÉQUENCES DÉSASTREUSES .

Ainsi donc, depuis plus d'un siècle, l'école et les gouvernements successifs ont chloroformé les esprits.

L' "Histoire de France" ne raconte pas l'histoire des Français, mais seulement celle d'un personnage intemporel nommé "France" qui aurait enfanté, avec l'aide du Saint-Esprit, de supposés descendants de Gaulois et des Francs mythiques.

Les autres, Occitans, Basques, Catalans, Bretons, Corses, Savoisiens et Alsaciens, n'existent pas, ou bien sont l'ennemi.

On ignore l'histoire des nations avant leur conquête par la France. On oublie toutes les résistances aux annexions, à la colonisation. On déforme toutes les tentatives d'autonomie politiques, culturelles et linguistiques. On gomme toutes les répressions infligées par tous les régimes: extermination des Cathares et destruction de la civilisation occitane, invasion de Béarn et du Rousillon, charcutage du pays Basque, conquête militaire de la Corse, annexion de Nice et de la Savoie...

La politique de l'Etat jacobin a causé des dégâts immenses à la société française. C'est le développement d'un nationalisme franchouillard et va-t-en guerre qui s'est exprimé de manière tellement caricaturale lors de la première guerre mondiale.

C'est le refus systèmatique de la diversité culturelle à l'intérieur de l'Etat français.

C'est tout le mythe franco-gaulois centralisateur de la Tour Eiffel, enfoncé dans les cervelles hexagonales de bien des acteurs de la vie culturelle, éducative, politique, syndicale...autant de gens qui ne peuvent plus concevoir la diversité et ne peuvent plus agir en dehors du cadre artificiel franco-gaulois.


Georges Labouysse
Institut d'Etudes Occitanes, 2007.
Sujets: France, histoire
da pschittt wei
intéressant
halmyar
Cocorico ! Unhappy
Dayou
oui , la France est un mythe !nous avons encore 12300 élèves bilingues et 35000 bretonnant ! ce n'est pas énorme , mais c'est mieux que d'oublié , une si belle langue !pour notre France nous n'avons pas oublié Gambetta ! connais tu " le camp de la mort de Conlie "
http://bev.bev.free.fr/conlie.php
m...
Galdar
Au lu de ton lien, je comprends fort bien et adhère a ta position ...
Il doit exister sur le net ce rapport de La Borderie ... a faire circuler...

Il est bien connu que l'Histoire est "écrite" pa les "vainqueurs" ... Beaucoup de pendules sont a remettre a l'heure.

Je posterai aussi un document sur la ré...
Galdar
A propos, "Ostrogoth" signifie tout simplement "homme de l'Est" et "Wisigoth"."homme de l'Ouest"
Code Captcha
-->