MOBILISATION CONTRE LE COMPTEUR LINKY



La loi de transition énergétique, qui sera votée « avant l'été 2015 », prévoit de rendre obligatoire le Linky, un nouveau compteur électrique qui émet des radiofréquences, sous peine d'amende de 1.500 euros.

Les radiofréquences qu'émet le Linky sont classées « cancérogènes possibles » depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l'OMS.

Après l'installation d'un compteur Linky, tous les appareils électriques ré-émettent ces radiofréquences sur une distance de 2,50 mètres.

(voir la vidéo de mesures réalisée par l'association Next-up, en ligne sur
http://www.santepublique-editions.fr/loi-de-transi... ).

Si la loi de transition énergétique est adoptée en l'état par les députés et les sénateurs lors de son deuxième examen « avant l'été 2015 », personne ne pourra échapper aux radiofréquences.

De plus, le système Linky prévoit que des « opérateurs d'effacement » éteindront à distance nos appareils électriques pour lisser les « pointes » de consommation. Mais cette non-consommation ne diminuera pas nos factures, ce sont les « opérateurs d'effacement » (des sociétés privées) qui s'en mettront « plein les poches » selon l'expression toute crue utilisée en séance par un sénateur UMP le 18 février 2015.

La presse reste muette sur le sujet alors que 2.500 journalistes ont reçu par mail, entre le 3 février et le 3 mars 2015, des informations détaillées sur les raisons supplémentaires de ne pas déployer 35 millions de compteurs Linky en France :

- l'augmentation des cas d'électro-hypersensibilité

- la surveillance, à distance et en temps réel, de l'activité des occupants des logements

- l'augmentation de 10 à 20 % de la consommation mesurée (et facturée), car le compteur Linky mesure la consommation réelle des appareils électriques munis de moteur, comme le lave-linge, l'aspirateur, les robots ménagers, l'outillage pour le bricolage, les ventilateurs, les climatiseurs, les pompes à chaleur, les appareils munis de tranformateurs et/ou de batteries rechargeables -téléphone portable, ordinateur fixe et portable, imprimante, scanner, hifi, etc. (Tous les appareils électriques sont munis de moteurs, à l'exception de ceux qui produisent de la chaleur au moyen d'une résistance : radiateur, ballon d'eau chaude, four, plaque de cuisson, grille-pain, bouilloire, fer à repasser.)

Quant aux ampoules basse consommation fluocompactes, dont le Cosinus Phi est de 0,5, leur consommation mesurée (et facturée) va doubler. De plus, il faut savoir qu'après avoir été rendues obligatoires, ces ampoules sont d'ores et déjà interdites au niveau mondial à l'horizon 2020 par la Convention de Minimata, signée le 19 janvier 2013 à Genève par 140 Etats dont la France, en raison de leur teneur en mercure.

Tout ce qu'il faut savoir est en ligne sur le sitehttp://www.santepublique-editions.fr

Voici des idées d'actions à mettre en oeuvre avant l'été 2015 afin de faire pression sur le gouvernement et sur le parlement pour qu'ils renoncent au déploiement du compteur Linky (le mode d'emploi détaillé de chaque action est en ligne sur le sitehttp://www.santepublique-editions.fr )

1. Transférer ce mail à tout votre carnet d'adresses pour alerter un maximum de personnes avant le prochain réexamen de la loi de transition énergétique, en demandant à vos correspondants de transférer eux aussi le mail à tout leur carnet d'adresse, afin de créer une chaîne d'information par mail. Il faudrait que toute personne qui dispose d'une adresse mail en France reçoive cette information avant le 15 mai 2015, puisque la presse n'en parle pas.

2. Signer et faire signer la pétition contre le compteur Linky et l'envoyer à Madame Ségolène Royal, ministre de l?Ecologie et de l'Energie. (Il est certes facile de cliquer sur une pétition en ligne, mais l'impact sera plus fort si des milliers de pétitions "papier" lui parviennent chaque matin par la poste.)

3. Prendre rendez-vous avec votre député et votre sénateur pour leur apporter des informations et leur demander de déposer des amendements contre le système Linky lors de l'examen de la loi en deuxième lecture.

4. Envoyer en quelques clics un mail à tous les députés et sénateurs (le mode d'emploi et toutes les adresses mail sont en ligne surwww.santepublique-editions.fr)

5. Envoyer un mail ou une lettre à François Hollande. L'envoi du courrier au président de la République est gratuit (franchise postale).

6. Demander aux journalistes des médias que vous lisez ou auxquels vous êtes
abonné-e de révéler sans délai toutes les informations disponibles sur les nombreux inconvénients du Linky.

Dans un premier temps, l'obligation du compteur Linky s'appliquera à tous les bénéficiaires des minima sociaux et à ceux qui procèderont à une rénovation thermique de leur logement. L'obligation sera ensuite étendue par voie d'ordonnance aux autres catégories de population.

C'est maintenant qu'il faut manifester notre opposition au Linky !

Merci de bien vouloir diffuser largement cette information autour de vous.

Bien sincèrement à vous,

Annie Lobé
Journaliste scientifique indépendante
http://www.santepublique-edtions.fr

Santé Publique éditions
20 avenue de Stalingrad 94260 FRESNES
info@santepublique-editions.fr


CRIIREM

Depuis de nombreuses années, le CRIIREM travaille sur les risques afférents aux champs électromagnétiques des rayonnements non ionisants.

En 2011, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe a demandé de limiter les niveaux d’exposition des populations aux champs électromagnétiques hyperfréquences à un seuil de 0,6V/m en intérieur.En juin 2011 l’OMS a classé ces mêmes champs électromagnétiques radioélectriques (radiofréquences et hyperfréquences confondus) dans la catégorie 2B des agents cancérigènes.

Dans sa dernière mise à jour de l’expertise «Radiofréquences et santé» l’ANSES, en 2013, reconnait certains effets biologiques et certaines tumeurs cérébrales, elle conseille donc de réduire les niveaux d’exposition.

Or, depuis deux ans des compteurs télérelevés concernant l’eau, l’électricité ou le gaz sont installés dans les habitations. Ces nouveaux compteurs émettent des fréquences radioélectriques générant des niveaux d’exposition atteignant jusqu’à 3V/m à 1m de certains modules.

Quelques données techniques:

1°) Les compteurs électriques Linky utilisent des fréquences dans la bande de 3 kiloHertz à 148,5 kiloHertz (VLF et LF) et sont connectés par le courant électrique 50 Hertz en CPL (Courant Porteur en Ligne) à des concentrateurs. À terme, afin de communiquer les informations avec les centres de gestion d’ERDF, des antennes relais hyperfréquences de types GSM ou UMTS collecteront les données confidentielles de chaque logement. Concernant les valeurs d’exposition aux champs d’induction magnétique afférentes aux radiofréquences (VLF-LF), elles sont in situ très faibles, cependant pour les antennes GSM et UMTS l’exposition aux champs électromagnétiques Hyperfréquences (UHF) pourra dépasser dans les lieux de Vie, 2 à 3 V/m, voire plus, en fonction des puissances utilisées.

2°) Les compteurs à eau utilisent en fonctionnement des modules radios dans la bande de 169 MégaHertz à 868 MégaHertz (VHF et UHF) qui émettent, de façon intermittente (pulsée) et variable, vers des répéteurs et des concentrateurs. À terme, des antennes relais hyperfréquences (UHF) de types GSM ou UMTS collecteront les données afin de communiquer les informations avec les centres de gestion des services des eaux. Concernant les valeurs d’exposition aux champs électromagnétiques VHF et UHF, elles pourront dépasser dans les lieux de Vie, 1 à 3 V/m, voire plus, en fonction des puissances utilisées.

3°) Les compteurs à gaz équipés de télérelevés sont à déconseiller, car les lieux où ils seront installés doivent être considérés comme des zones à atmosphère explosive (zones ATEX) en cas de fuite de gaz.De plus, l’installation de ces compteurs va encore entrainer la mise en place d’équipements supplémentaires, en antennes de réception et en répéteurs dont les émissions ne feront qu’augmenter le niveau de champ électromagnétique global dans les lieux de vie. Au vu de tous ces éléments, le CRIIREM demande à ce que les compteurs télérelevés émettent des champs électromagnétiques réduits, uniquement lors du relevé et non des émissions permanente. De plus, il serait souhaitable que chaque personne ait la liberté d’accepter ou de refuser l’installation de ces compteurs dans son habitation.

http://www.criirem.org


ROBIN DES TOITS

http://www.robindestoits.org/Compteur-LINKY-Arnaqu...

NEXT-UP

http://videos.next-up.org/EhsTvNews/EDF_Linky_mise...
Sujets: pollution, écologie
François Bisson
Il y a de chaudes luttes aussi au Québec contre les compteurs à radio-fréquences qu'impose Hydro-Québec. Les personnes qui veulent un compteur non-communicant (sans radio-fréquences) doivent payer des frais d'installation supplémentaires (15 $) auquel on ajoute des frais mensuels de 5$ pour le relevé...
Code Captcha
-->