GRÈVES EN PÉRIL



Alors même que les conditions pour une lutte étendue et généralisée étaient réunies autour de la grève des cheminots courant mars, en ne disputant pas le timing, le planning des journées de grève aux mains des syndicats, en respectant le terrain des discussions et des négociations gouvernement-syndicats, bref en n'affrontant pas politiquement dans les assemblées et sur les lieux de travail le sabotage syndical, la lutte des cheminots et les autres mobilisations (comme celle d'Air France ou de l'usine FORD à Bordeaux) vont subir des échecs – sauf événement imprévu brisant le cours des événements – du fait de leur isolement et malgré leur combativité.

GIGC, 10 mai 2018, extrait.
Licioula
J'adore ce genre d'analyse gratuite, ça fait radical de chez radical... mais bon...:(
Code Captcha
-->
Recharger le code
Saisir le code