Matthieu Marsan-Bacheré
Le film joue le sordide. Illustre les impasses de la drogue autant que de l’alcool. De la misère et du manque d’ambition en général. La mort, horrible, ignoble, du nourrisson ; le réveil emmerdé de Sp...
Matthieu Marsan-Bacheré
Claude Barras, patiemment, manipule caméra et marionnettes pour donner une vie fragile et poétique au scénario si juste de Céline Sciamma – décidément impressionnante quant à son regard sur l’enfance....
Matthieu Marsan-Bacheré
Sous une pluie de café, les lueurs colorées d’un monde sensationnel dont ils sont privés illuminent au pastel la rage imprécise du peuple. La force de l’homme réside bien dans l’espoir quand la résign...
Matthieu Marsan-Bacheré
Juan Carlos Fresnadillo et ses complices d’écriture ne pondent pas le script original qui surprend le spectateur à chaque séquence, mais la simplicité de leur scénario joue l’efficacité brute, directe...
Matthieu Marsan-Bacheré
Fidèle à ses obsessions de la mécanique humaine dans l’extrême, Danny Boyle élargit les horizons bouchés du film de zombies, dédouble l’ennemi au-delà du virus en scrutant, légèreté numérique du micro...
Matthieu Marsan-Bacheré
Si le scénario reste trouble au lecteur, l’artiste fait le dessin explicite. Nourrit d’expressivité les milliers de squelettes qui errent par ce monde d’oubli : très belle et très dense séquence d’ouv...
Matthieu Marsan-Bacheré
Le dessin est superbe. Riche et particulier, fascinant. Rien de grandiloquent ou d’extraordinaire mais un réalisme macabre qui fait corps. Qui semble préfigurer le monde d’en-dessous du Corpse Bride d...
Matthieu Marsan-Bacheré
En installant alors sa narration dans les couloirs et les salles communes d’un hôpital psychiatrique, Chan-Wook Park ne peut éviter de faire écho à One Flew Over a Cuckoo’s Nest, de Milos Forman. Mais...
Matthieu Marsan-Bacheré
Le choix judicieux de ce récit alterné offre à Chan-Wook Park toute la liberté graphique nécessaire au cisèlement de l’image : jaunie, salie de rayures et de poussières lors de flashbacks lointains, j...
Matthieu Marsan-Bacheré
Dans un registre autre que Sympathy for Mr Vengeance, Chan-Wook Park écrit un nouveau poème cinématographique des errances animales tapies au cœur de l’homme, une poésie macabre de la solitude, un pac...