JOURNAPUTE



À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse.

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swaiton, Rédacteur en chef du New York Times.

Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.
http://www.constitution.org/pub/swinton_press.htm

http://www.mai68.org/ag/1296.htm
Front Social Jura
Bigre, ça c'est une déclaration ! Je m'intéresse au sujet et depuis longtemps, mais ça m'a quand même surpris. Personnellement j'ai perdu mes dernières illusions en visitant des ateliers de Canuts muséïfiés à Lyon, et que j'ai appris comment la presse avait traité l'insurrection.
Code Captcha
-->
Recharger le code
Saisir le code