DE LA POLLUTION CONSIDÉRÉE SOUS TOUS SES ASPECTS

DE LA POLLUTION CONSIDÉRÉE SOUS TOUS SES ASPECTS

[...]
La logique du capitalisme l'oblige à être toujours plus oppressif, toujours plus mortel. Avec les nuisances et autres pollutions, il est parvenu à sa dernière contradiction : mais c'est une contradiction mortelle. L'ancienne et relative destruction des hommes (guerres mondiales - destruction quotidienne des prolétaires : car le travail et le "temps libre" colonisé sont aussi des destructions) n'était pas une destruction totale. Elle n'allait pas jusqu'au bout de sa logique. Elle permettait encore la reproduction d'autres hommes, c'est-à-dire d'autres exploiteurs et d'autres exploités. Maintenant, avec la destruction du milieu (à long terme un désastreux déséquilibre écologique) on s'achemine vers une destruction à caractère irréversible.

Le projet prolétarien ne sera pas seulement de changer la vie, il sera aussi de la conserver et de la redonner. Ce projet va devenir de moins en moins obscur pour un nombre toujours plus grand de prolétaires. [...] Seul le prolétariat, en mettant fin au règne de l'économie du profit et du travail, mettra fin, par là même, à la destruction de la nature. Dans là société communiste (c'est-à-dire la société sans classe et sans État et non les caricatures totalitaires qui sévissent en U.R.S.S., à Cuba, en Chine et ailleurs... ), les hommes ne produiront que ce dont ils auront besoin et utiliseront harmonieusement et avec imagination tout l'espace.

Avec l'ampleur que va prendre le problème de la pollution, de nombreux groupes et organisations vont se créer dans les années à venir. Ici comme ailleurs, marchands, curés, bureaucrates, humanistes vont utiliser la pollution pour récupérations électorales et autres sottises.

En France, le pouvoir a déjà mis en place ses propres organisations et groupes. Tous ceux qui vont engager le combat sur le terrain de la pollution sauront désormais que ce problème, comme tous les autres, est inséparable de l'urgence de la révolution. Les hommes qui viendront après nous ne pourront pas et ne devront pas se payer le luxe de l'héritage bourgeois de la pollution. La lutte contre la pollution sera révolutionnaire ou ne sera pas.

Montpellier, avril 1971 (extraits).
http://inventin.lautre.net/livres/De-la-pollution-...




Code Captcha
-->
Recharger le code
Saisir le code