Les longues journées du samedi à la fenêtre du salon heu... Louis XVI?

par
Les longues journées du samedi à la fenêtre du salon heu... Louis XVI? Le 17è arrondissement de Paris a deux face. L'une, peu connue, et qui n'intéresse guère les politiques, se constitue de quartiers populaires collés contre la périphérie Saint-Ouen/Clichy.
L'autre, la plus étendue, c'est ce que j'appelle le 17 chic. C'est l'électorat de la mairie du 17, bien à droite.
C'est aussi "les Champs", avec, plus récemment ses visiteurs populaires désormais cultes de samedi.

Un après midi de semaine, je passe par là entre deux courses, et me pose sur une placette pour fumer une clope.
3 enfants y jouent, sous l'oeil absent d'une nounou issue du quartier périphérique, un peu plus loin sur un banc.
Je les observe. Ce sont des enfants, comme tant d'autres, comme les nôtres, beaucoup plus blonds peut-être, mais une différence, surtout, me frappe : Leurs vêtements. On dirait qu'ils sont sortis directement de la boutique de mode enfant avec.

Je me met à observer leurs jeux. La petite, 5 ans, s'essaye à la trottinette. Les deux grands se collent l'un à l'autre et insistent pour qu'elle les sépare en "fonçant au milieu" avec sa trottinette. Elle cherche jusque là à les éviter, et, sans grande conviction, fini par répondre à leur attente à ce jeu qui fonctionne mal, entre une technicité peu efficiente et la nécessité de ne pas blesser. C'est alors que se produit ma surprise de la journée : les deux garçons, 6 ans environ, se mettent à chanter et je reconnais un air qui m'est familier. Les paroles... comment font-elles déjà?
É-manuel Macron.
Ho, tếte de ...
On vient te chercher chez toi...
Code Captcha
-->
Recharger le code
Saisir le code