Retour en images sur le week-end de mobilisation contre le projet de D-Day Land :

par
Retour en images sur le week-end de mobilisation contre le projet de D-Day ... Capture d’écran du 2022-11-18 10-22-26.png

Non au Ddayland Caen via Rugir

PREMIER ACTE : Vendredi soir, une discussion sur la critique antimilitariste du D-Day Land a eue lieu à l'appel de plusieurs membres du comité « non au D-Day Land Caen » .
Cette discussion a réunit une vingtaine de personnes. Elle a permis de faire le point sur les aspects militaristes de ce projet qui met la guerre en spectacle et la glorifie.
La discussion a aussi dérivé sur l'impact de l'armée et du militarisme sur nos vies : SNU (Service National Universel), opération sentinelle, présence à l'Université mais aussi dans les lycées, collèges et écoles de la propagande militaire.

DEUXIÈME ACTE : Samedi après-midi, de nombreuses personnes se sont réunies derrière deux banderoles dénonçant à la fois le projet D-Day Land et tous les autres GPII (Grands Projets Inutiles et Imposés), dont les méga bassines.
Cette manifestation a été l'occasion de diffuser de l'information contre le projet (prise de parole, tracts, etc.) et de cibler les acteurs locaux qui soutiennent le projet, notamment le Crédit Agricole de Normandie qui financera une grande partie du D-Day Land.
Au-delà de ça, cette manifestation a aussi démontré, une nouvelle fois, les fractures qui se dessinent dans nos cortèges selon les différents positionnement politiques, fractures qui conduisent parfois a un cortège qui se dissocie.

TROISIÈME ACTE : Le bocage est à nous !
Dimanche, le dernier acte de ce week-end a été une déambulation entre les terrains agricoles qui seront détruits si le projet D-Day Land voit le jour. Cette randonnée revendicatrice sous la surveillance policière d'un côté et sous celles des propriétaires de l'autre, était un prétexte pour se rendre compte de manière sensible de ce qui est menacé par les promoteurs privés du projet et leurs alliés.
Si pendant la marche les prises de paroles étaient très techniques et parfois « naïves » sur la possibilité de faire échouer le projet par des voies uniquement légalistes, une assemblée populaire à la fin de la randonnée a démontré la détermination de nombreuses personnes à convoquer un large éventail de moyens de lutte pour faire échouer ce projet.
La mobilisation ne fait que commencer.
Non au D-Day Land, ici et ailleurs, à bas les GPII !
Code Captcha
-->
Recharger le code
Saisir le code