Communiqué de presse

Travail sur le pad en cours : https://semestriel.framapad.org/p/mdvSpe5sR7


Bon.
On avance sur la traduction, lentement mais on avance.
On a que de bons retours sur l'aspect graphique tout neuf qui fonctionne pas mal maintenant.
Nos fonctionnalités restent "concurrentielles" et le resterons sans doute si on arrive à relancer le soutien au réseau, dont je crois qu'il passe par une possibilité de soutien régulier, et la mise en avant de ce dont nous pourrions nous doter avec plus de moyens, comme :
1) réduire les bugs liés à l'espace de stockage
2) réduire les retombées des erreurs de manips non filtrés par le site miroir dont nous ne pouvons nous doter actuellement faute d'un second serveur,
3) Augmenter les possibilités, comme par exemple la taille des fichiers, et nous doter des services que d'autres réseaux à prétentions militantes prévoient d'offrir, comme les pétitions.
Etc?
On a deux sérieux avantages que seuls des orga susceptibles de nous rejoindre et les faire avec nous pourraient proposer en dehors de nous :

- ON A RIEN A VENDRE ET c'est donc pas dans cette optique qu'on existe. En particulier on n'exploite PAS les données personnelles des Utilisateurs NI pour leur soumettre des offres à la vente de produits ou services, NI pour les revendre, NI MAINTENANT NI JAMAIS.

- TCB EST TOTALEMENT INDÉPENDANT puisque financé uniquement par ses membres volontaires, sans que cela ne leur ouvre aucun droit supplémentaire aux autres utilisateurs, que seul la volonté, en adéquation avec la charte de Tcb, peut amener à s'investir de façon plus poussée.

Quels autres éléments voulez-vous inclure dans ce communiqué de presse?
Récriminer n'est pas proposer
Un plan?

1) L'info : Tcb
- change de peau
- travaille avec ses membres volontaires à se rendre lisible à l'internationale

2)Présentation Tcb + Les atouts
- indépendance du pt de vue du financement
- Pas un objet publicitaire, pas d'exploitation de données, pas de but lucratif.
- autogestion, le seul? Tcb n'est pas le réseau d'une entreprise

(bribes de blabla) Tcb, c'est ce réseau d'un genre spécial, le seul sans doute à l'heure actuelle qui soit autogéré, et qui vise à impliquer d'avantage de membres dans son fonctionnement et sa gestion afin de pouvoir faire tourner ses équipes de volontaires.

C'est un des rares réseaux qui existe à être totalement indépendant puisque financé entièrement par ceux de ses membres qui choisissent de le soutenir en participant à ses frais d'hébergement, sans en retirer le moindre bénéfice, que ce soit en terme de "pouvoirs" ou de rémunération d'aucune sorte.
N'appartenant pas à une quelconque entreprise du secteur marchand, Tcb n'a rien à vendre. Ni ses propres produits puisqu'il n'en a pas, ni les données de ses utilisateurs, puisqu'il n'a pas de but lucratif, ni ses espaces visuels puisqu'il se veut ouvrir sur d'autres voix, en dehors du système non-marchand.
Ainsi, à condition d'être vigilent, de respecter, de faire respecter et d'aider à faire respecter sa charte, il est et demeurera sans publicités à but lucratif.

3) présentation de Médialutte.
(Notes : Association à but non lucratif.
- rassembler les informations militantes, par le biai d'abord du journal Actualutte, et enfin de mettre à la dispositions des mouvements de résistances sociales et de leurs acteurs une plateforme réunissant les différents outils du monde libre leur permettant de travailler ensemble, d'apprendre à accepter leur divergences pour pouvoir mieux compter sur leur force commune.)

4) ses valeurs

5) développement de l'accroche qui est aussi l'objet du communiqué
_____________________________________________________________________________________________________

Voilà, ce n'est qu'une première proposition qu'il n'a valeur que de première proposition.
A vous pour la suite ou d'autres propositions, objections, compléments, discussions, validations...
Merci d'avance pour chaque grain de sel Smile
Récriminer n'est pas proposer
Bon, en fait je me suis chopé un genre de tuto pour faire ça (france24 ou un truc comme ça), qui grosso modo dit ceci :

1) Titre qui doit résumer tout le communiqué en moins de 18 mots,
2) Chapo en deux ligne, qui doit aussi résumer tout le communiqué,
3) le corp du communiqué (avec des titres à chaque paragraphe) :
Paragraphe 1 : C'est quoi ?
Paragraphe 2 : C'est pour qui ?
Paragraphe 3 : Pourquoi?
Paragraphe 4 : Comment ca marche?
Paragraphe 5 : Combien, Où, ... (prix, lieu, ... )?

Et quelques conseils dont certains vont sacrément me faire progresser, genre pas plus de 25 mots par phrase Happy
donc j'ai commencé. je vous met le petit bout que j'ai fait demain
Bonneunuit...
Récriminer n'est pas proposer
Miyette a dit...

Bon, en fait je me suis chopé un genre de tuto pour faire ça (france24 ou un truc comme ça), qui grosso modo dit ...

La titraille de paragraphe n'est pas nécessaire notamment si ton com. de presse fait moins d'un équivalent d'une page (autrement ça alourdi).
Ne pas oublier à la fin le bloc signature qui comporte généralement date du communique, lieu de signature, le/les signataires et un ou plusieurs contacts presse identifié-e-s avec mail+TP (ou fixe)
Dan d'Auge a dit...


La titraille de paragraphe n'est pas nécessaire notamment si ton com. de presse fait moins d'un équivalent d'une page (autrement ça alourdi).
Ne pas oublier à la fin le bloc signature qui comporte généralement date du communique, lieu de signature, le/les signataires et un ou plusieurs contacts presse identifié-e-s avec mail+TP (ou fixe)


Voilà ou j'en suis,
pour info sachant que j'ai pas encore :
- repassé tout ça au crible des 25 mots par phrase Wink
- remplacé les questions/titres par des jonctions fluides
- épuisé toutes les pistes pour le condenser jusqu'à approcher au maximum de la page unique sur une colonne de 13 cm comme suggéré par Gérard Smile 2

Ceci dit si qq-e a envie de me devancer ielle est bienvenu-e Smile :

___________________________________________________________________________________________________


Après 4 ans d’existence, le réseau social indépendant ,TheChangeBook, est à nouveau dans les startings blocks.


Lancé en 2012 par l’association Médialutte, TheChangeBook est un réseau non marchand. Il est financé, géré et animé exclusivement par ses membres. Parmi eux, un noyau d'acti-f-ves œuvre actuellement à sa relance.


TheChangeBook, Kézako?

TheChangeBook est un réseau autogéré d'échange d'idées, de liens, de dialogue et de réflexions. Il a toutes les fonctionnalités d’un réseau social alternatif, ainsi qu’un serveur vocal permettant des collaborations décentralisées, notamment au service de son fonctionnement propre. C’est une plateforme collective prévue pour agréger les résistances sociales. Les propagandes xénophobes, sexistes, LGBTphobes mélanophobe ou antisémites, qui prétendraient s’en réclamer n’y ont, en revanche, pas leur place.

Paragraphe 2 : C'est pour qui ?
Il accueille les acteurs et les mouvements de résistances sociales œuvrant dans le secteur non marchand et leurs sympathisants. Il n'est toutefois pas réservé à ces personnes déjà présentes dans des actions militantes, et accueille volontiers toutes celles et tous ceux qui souhaitent l’utiliser et participer à l’expérience d’une forme alternative de réseau social.

Pourquoi?
Cette plateforme inter-mouvements de résistances sociales, économiques, politiques et écologiques est un outil commun pour déjouer ensemble les manœuvres constantes de divisions sponsorisées par le système dominant.
Pour peu qu’on veuille bien y faire l’effort de laisser prosélytisme, idées fixes et agressivité au vestiaire, il peut aussi permettre d’y réapprendre à se parler, et de s’y découvrir complémentaires dans notre diversité.
Il peut également servir de base pour réduire la collaboration, servilité volontaire, aux outils de communication du capital.
À terme et avec un minimum d’effort collectif bien réparti, il peut même permettre de créer, avec l'ensemble des médias alternatifs, un maillage commun sur la toile afin de nous rendre plus visibles et efficaces hors de son marché de dupe.

Paragraphe 4 : Comment ca marche?
Si elle est grandement valorisée par une autonomie active et opiniâtre, son utilisation demeure assez simpleet classique :
S’inscrire, s’engager à respecter la charte collective, paramétrer son profil, notamment le niveau de confidentialité souhaité; prendre contact, partager, échanger; utiliser pages, blogs, forums, agenda, serveur vocal, tchat, etc, et enfin voir comment apporter son grain de sel à l’ouvrage collectif.

Paragraphe 5 : Combien, Où, ... (prix, lieu, ... )?
Le réseau soc. TheChangeBook compte environ 18000 inscrits et en moyenne 200 visiteurs/jours. Il est utilisable de partout puisque délocalisé sur le web, son interface est accessible sur choix aux profils de 5 différents langages, les principales informations le concernant sont en Français et en Anglais, et cette accessibilité tend à s’étendre au gré des volontés actives des membres multilingues qui souhaiteront y participer.
La participation permettant son hébergement en toute indépendance pourrait facilement ne pas excéder 1e/mois/contributeur.
L’accès au site n’est cependant pas payant.
En effet cette participation n’est pas obligatoire, n’ouvre droit à aucun privilège si ce n’est celui de contribuer à sa pérennité, sa sérénité et son indépendance, tout comme la non-participation et libre et n’appelle à aucune culpabilisation d’aucune sorte, étant entendu que chacun est seul juge de ses propres possibilités comme disponibilités.

Je crois qu'il manque aussi une conclusion, je regarderais ça de plus près...
Récriminer n'est pas proposer
J'arriverai pas à réduire plus que cette nouvelle version sans votre recul qui permettrait, une fois le plan suivi, d'en retrancher le superflu. En plus j"ai l"impression que ça manque de conclusion :

-------------

Après 4 ans d’existence, le réseau social indépendant TheChangeBook est à nouveau dans les startings blocks.

Lancé en 2012 par l’association Médialutte, TheChangeBook est un réseau non marchand et libre. Un noyau de ses membres acti-f-ves œuvre actuellement à sa relance.

TheChangeBook est un réseau autogéré d'échange d'idées, de liens, de dialogue et de réflexions. Il a toutes les fonctionnalités d’un réseau social alternatif, ainsi qu’un serveur vocal permettant des collaborations décentralisées, notamment au service de son fonctionnement propre. Propulsé par une association à but non lucratif, financé, géré et animé exclusivement par ses membres, il ne
pratique pas l’exploitation commerciale des données.
C’est une plateforme collective prévue pour agréger les résistances sociales. Il en accueille donc les acteurs, à l’exclusion bien sûr des propagandes xénophobes, sexistes,
LGBTphobes mélanophobe ou antisémites qui prétendraient s’en réclamer.
Le réseau n’est pour autant pas réservé aux personnes dotées d’une culture militante et souhaite
accueillir toutes celles et ceux que l’expérience d’une forme alternative de réseau social intéressera,
pour :
- échanger idées et liens, (activisme, musique, humour, vidéo, littérature, culture, etc...) en discuter et y réfléchir à plusieurs.
- déjouer ensemble les mécanismes qui divisent, qu’ils soient fraîchement sponsorisés par le système dominant ou intégrés dans les fonctionnements respectifs.
- réapprendre à se parler, se redécouvrir complémentaires dans nos diversités, d’autant mieux que
l’expérience des membres du réseau sur ces problématiques ne cesse de s’enrichir
- l’utiliser comme base de relais afin de réduire la servilité volontaire aux outils de « com » à double tranchant du Capital
- en expérimenter la gestion collective
- créer, inventer, construire collectivement
- envisager, à terme, la création sur la toile d’un maillage commun médias alternatifs, afin de rendre
plus visible et efficace l’alternative, hors des marchés de dupe.

Dans le cadre de la relance du réseau, son aspect graphique a été entièrement retravaillé sur la base
des couleurs de son logo. De l’aveu de tous, le résultat gagne largement en harmonie et fluidité. Si une autonomie active et opiniâtre en révèle la véritable dimension, l’utilisation de TheChangeBook
demeure assez simple et classique. Elle consiste à s’inscrire, s’engager, respecter la charte collective, paramétrer son profil, prendre contact, partager, échanger, etc.. et voir comment apporter son grain de sel à l’ouvrage collectif.

Avec environ 18000 inscrits et en moyenne 200 visiteurs/jours, il est utilisable de partout puisque délocalisé sur le web. Le paramétrage du langage du profil permet d’accéder à l’interface dans différentes langues, et cette accessibilité, qui a évolué dernièrement, s’étendra au gré des volontés
multilingues qui souhaiteront y participer.
Si 1e/mois/contributeur suffirait probablement à lui assurer un hébergement basique en toute
indépendance, la participation aux frais n’est toutefois pas obligatoire, ce qui en fait un réseau gratuit sans qu"on en soit pour autant le produit.
TheChangebook renouvelle ainsi aujourd'hui, à la lumière de son expérience acquise ces 4 dernières années, les voeux ethiques auxquels il a su jusqu"ici rester fidèle.
Récriminer n'est pas proposer
Myiette a dit...

en moyenne 200 visiteurs/jours,

Ne pas dévoiler, dans un communiqué, sa fréquentation sauf quand elle est exceptionnelle
Myiette a dit...

il est utilisable de partout puisque délocalisé sur le web.

Faux ou contre-sens : l'installation du réseau n'est pas décentralisée dans le sens ou il peut être utiliser quelque soit son/ses lieux d'installation/d'inscription (cf diaspora)
Dan d'Auge a dit...


Faux ou contre-sens : l'installation du réseau n'est pas décentralisée dans le sens ou il peut être utiliser quelque soit son/ses lieux d'installation/d'inscription (cf diaspora)

Je ne te suis pas : je pensais pouvoir justement dire qu'il est décentralisé, dans le sens il peut être utilisé quelque soit son/ses lieux d'installation/d'inscription. Ce n'est pas le cas?
Récriminer n'est pas proposer
Myiette a dit...


Je ne te suis pas : je pensais pouvoir justement dire qu'il est décentralisé, dans le sens il peut être utilisé quelque soit son/ses lieux d'installation/d'inscription. Ce n'est pas le cas?

Être utilisé de n'importe où, à la base, c'est le propre du net. Quand on parle de réseau délocalisé/décentralisé (https://www.thechangebook.org/forum/thread/3777/communiqu%C3%A9-de-presse/view_50153/), on parle d'un réseau installé sur de multiples serveurs, de manière autonome, l'ensemble formant comme une fédération. Un nœud (ou pods) se verrait ko pour x raison, le réseau tient toujours tant qu'il y a d'autres accès. Comme je le disais, diaspora ou gnu social sont des réseaux sociaux décentralisés/délocalisés comme searx l'est dans la famille des moteurs de recherche. Un réseau social décentralisé en image :
des.jpg
FB ou autres, ne représenteraient pour schématiser qu'un point (en dehors de data center de backup ou relais).
Dan d'Auge a dit...


Être utilisé de n'importe où, à la base, c'est le propre du net. Quand on parle de réseau délocalisé/décentralisé (https://www.thechangebook.org/forum/thread/3777/communiqu%C3%A9-de-presse/view_50153/), on parle d'un réseau installé sur de multiples serveurs, de manière autonome, l'ensemble formant comme une fédération. Un nœud (ou pods) se verrait ko pour x raison, le réseau tient toujours tant qu'il y a d'autres accès. Comme je le disais, diaspora ou gnu social sont des réseaux sociaux décentralisés/délocalisés comme searx l'est dans la famille des moteurs de recherche. Un réseau social décentralisé en image :

FB ou autres, ne représenteraient pour schématiser qu'un point (en dehors de data center de backup ou relais).

ha oui, ok, je l'utilisais dans son sens littéraire en fait, mais effectivement, s'il fait confusion avec un sens geek, c'est important de rectifier, merci Smile 2
Récriminer n'est pas proposer
Myiette a dit...

J'arriverai pas à réduire plus que cette nouvelle version sans votre recul qui permettrait, une fois le plan suivi, d'en retrancher le superflu. En plus j"ai l"impression que ça manque de conclusion :

-------------

Après 4 ans d’existence, le réseau social indépendant TheChangeBook est à nouveau dans les startings blocks.

Lancé en 2012 par l’association Médialutte, TheChangeBook est un réseau non marchand et libre. Un noyau de ses membres acti-f-ves œuvre actuellement à sa relance.

TheChangeBook est un réseau autogéré d'échange d'idées, de liens, de dialogue et de réflexions. Il a toutes les fonctionnalités d’un réseau social alternatif, ainsi qu’un serveur vocal permettant des collaborations décentralisées, notamment au service de son fonctionnement propre. Propulsé par une association à but non lucratif, financé, géré et animé exclusivement par ses membres, il ne
pratique pas l’exploitation commerciale des données.
C’est une plateforme collective prévue pour agréger les résistances sociales. Il en accueille donc les acteurs, à l’exclusion bien sûr des propagandes xénophobes, sexistes,
LGBTphobes mélanophobe ou antisémites qui prétendraient s’en réclamer.
Le réseau n’est pour autant pas réservé aux personnes dotées d’une culture militante et souhaite
accueillir toutes celles et ceux que l’expérience d’une forme alternative de réseau social intéressera,
pour :
- échanger idées et liens, (activisme, musique, humour, vidéo, littérature, culture, etc...) en discuter et y réfléchir à plusieurs.
- déjouer ensemble les mécanismes qui divisent, qu’ils soient fraîchement sponsorisés par le système dominant ou intégrés dans les fonctionnements respectifs.
- réapprendre à se parler, se redécouvrir complémentaires dans nos diversités, d’autant mieux que
l’expérience des membres du réseau sur ces problématiques ne cesse de s’enrichir
- l’utiliser comme base de relais afin de réduire la servilité volontaire aux outils de « com » à double tranchant du Capital
- en expérimenter la gestion collective
- créer, inventer, construire collectivement
- envisager, à terme, la création sur la toile d’un maillage commun médias alternatifs, afin de rendre
plus visible et efficace l’alternative, hors des marchés de dupe.

Dans le cadre de la relance du réseau, son aspect graphique a été entièrement retravaillé sur la base
des couleurs de son logo. De l’aveu de tous, le résultat gagne largement en harmonie et fluidité. Si une autonomie active et opiniâtre en révèle la véritable dimension, l’utilisation de TheChangeBook
demeure assez simple et classique. Elle consiste à s’inscrire, s’engager, respecter la charte collective, paramétrer son profil, prendre contact, partager, échanger, etc.. et voir comment apporter son grain de sel à l’ouvrage collectif.

Avec environ 18000 inscrits et en moyenne 200 visiteurs/jours, il est utilisable de partout puisque délocalisé sur le web. Le paramétrage du langage du profil permet d’accéder à l’interface dans différentes langues, et cette accessibilité, qui a évolué dernièrement, s’étendra au gré des volontés
multilingues qui souhaiteront y participer.
Si 1e/mois/contributeur suffirait probablement à lui assurer un hébergement basique en toute
indépendance, la participation aux frais n’est toutefois pas obligatoire, ce qui en fait un réseau gratuit sans qu"on en soit pour autant le produit.
TheChangebook renouvelle ainsi aujourd'hui, à la lumière de son expérience acquise ces 4 dernières années, les voeux ethiques auxquels il a su jusqu"ici rester fidèle.

Texte initial : 3 313 caractères. Refonte proposée : 2 835

TheChangeBook: le réseau des luttes et alternatives sociales

Lancé en 2012 avec vive effervescence par Médialutte, association à but non lucratif, TheChangeBook est un réseau social alternatif financé, géré et animé exclusivement par ses membres, près de 18 000 à ce jour.

Réseau autogéré, d'échange d'idées, de liens, de dialogue et de réflexions, TheChangeBook a toutes les fonctionnalités d’un réseau social classique et intègre des fonctionnalités spécifiques tel qu’un serveur vocal permettant des collaborations décentralisées, pour son fonctionnement propre ou au service des groupes œuvrant en son sein. D'autres fonctions peuvent être implantées par des développeurs volontaires.

Plate-forme collective des résistances sociales, TheChangeBook accueille toutes celles et ceux qui souhaitent contribuer, aujourd'hui et demain, le plus concrètement à la construction d’une société alternative et ouverte. Sur le réseau, les membres et groupes peuvent:

- échanger des et sur idées (activisme, musique, humour, vidéo, littérature, culture, ...);
- déjouer ensemble les mécanismes qui divisent, qu’ils soient fraîchement sponsorisés par le système dominant ou instilés depuis des lustres au plus grand nombre;
- réapprendre à se parler, se redécouvrir, complémentaires dans nos diversités, d’autant mieux que
l’expérience des membres du réseau sur telle ou telle problématique enrichi chacun-e;
- l’utiliser comme base de relais afin de réduire la servilité volontaire aux outils de « com » à double tranchant du capital;
- en expérimenter la gestion collective;
- créer, inventer, construire collectivement;
- envisager, à terme, un maillage commun des médias alternatifs, afin de rendre plus visible et efficace l’alternative, hors des marchés de dupe.

D’un point de vue fonctionnel ces derniers mois, le réseau s’adresse de plus en plus aux utilisateurs du monde entier grâce à un effort constant de traductreurs/trices volontaires que vous pouvez épauler et a gagné en harmonie et fluidité à la faveur d’une refonte de son interface. L’utilisation de TheChangeBook est accessible et classique. Elle consiste à s’inscrire, s’engager, respecter la charte collective, prendre contact, partager, échanger, etc. et apporter son grain de sel ou plus à l’ouvrage collectif.

Bien sur une initiative comme TheChangeBook s’appuie avant tout sur un usage participatif des membres tant sur le plan technique que financier ainsi que pour l’animation de l’outil. Indépendant du secteur marchand, le réseau se refuse depuis le début d’exploiter les données des utilisateurs et de leur imposer de la publicité. Ce principe fondateur nous voulons plus que jamais le défendre pour permettre au maximum de personnes de tout horizon de le porter avec nous, membres acti-f-ves, et contribuer à son essort. Rejoignez-nous: www.thechangebook.org
Je repars volontiers sur cette base en lissant ici ou là, super en tout cas ça réduit bien!
Juste un bémol, je crois qu'on y a perdu, si jamais on l'avait, l'accent sur ce qu'on annonce : Relance du réseau (peau neuve, starting blocks, peut-être l'objectif neuf de pousser vers une internationalisation avec l'effort de traduction des membres, - et si seulement on arrive à avancer de ce coté là, une meilleurs fluidité grâce au défis relevés par les personnes qu'on a pas encore trouvé)
Non?
Récriminer n'est pas proposer
Myiette a dit...

Relance du réseau

C'est l'objectif de la com, mais je ne pense pas que le terme doit être employer dans le communiqué.
Myiette a dit...

(peau neuve, starting blocks, peut-être l'objectif neuf de pousser vers une internationalisation avec l'effort de traduction des membres

Voir avant dernier paragraphe, que j'ai un peu modifié
Myiette a dit...

une meilleurs fluidité grâce au défis relevés par les personnes qu'on a pas encore trouvé)

Voir première phrase du dernier paragraphe.

J'ai aussi rajouter une p'tite phrase à la fin du deuxième paragraphe : https://www.thechangebook.org/forum/thread/3777/co...
Dan d'Auge a dit...


C'est l'objectif de la com, mais je ne pense pas que le terme doit être employer dans le communiqué.

Voir avant dernier paragraphe, que j'ai un peu modifié

Voir première phrase du dernier paragraphe.

J'ai aussi rajouter une p'tite phrase à la fin du deuxième paragraphe : https://www.thechangebook.org/forum/thread/3777/co...

Si c'est présent dans le titre en plus des petits paragraphes que tu glisses dans le texte, ça me va, perso.
Récriminer n'est pas proposer
Bon maintenant qu'il est clair que débugger Tcb signifie repartir à zero, moi je pense qu'on peut absolument pas se permettre d'attendre que ce soit fait pour lancer un communiqué de presse et/ou une recherche de parrainage. Alors je propose qu'on inclue dedans les besoins en terme d'équipe et qu'on s'y colle.
Qu'en dites-vous?
Récriminer n'est pas proposer