Victime de pratiques policières, des proches en quête de vérité, justice, dignité..

Ce fil a pour objectif de réunir les communiqués et la presse, et à travers eux, les éléments dans les dossiers concernant les personnes tombées sous les balles ou les coups de la police. Pour en donner une visibilité hors réseaux Gafams, et tenter d'inverser le cours du flux qui y ramène inlassablement, et pour rassembler autant que possible les éléments des dossiers traités. Parce qu'aucun pouvoir de vie et de mort ne saurait perdurer sans contre-pouvoir, et parce que la question d'une société qui nécessite une répression aussi violente de ses administrés est à poser inlassablement jusqu'à trouver les réponses qui permettent d'en sortir.

Jérome Laronze


"9 Mouvements Pour Une Cavale", à voir à Clermont, Valence, Paris...



Le spectacle "9 Mouvements Pour Une Cavale" continue son travail d'information et de mémoire en relayant l'histoire de Jérôme Laronze, tué par les gendarmes dans des circonstances toujours non-élucidées. -> Où et quand voir le spectacle <-








Historique



Dernière veillée le 20 janvier dernier, commémoration le 19 Mai
arton17549-ec936 Crédit Reporterre.jpg


Deux premières victoires, L'information judiciaire a été élargie le mois dernier à deux nouveaux aspect du dossier : la pollution de la scène d'infraction ( seule deux douilles ont été retrouvées sur les six tirées) et la non assistance à personne en danger après l'avoir grièvement blessé.

Le juge d'instruction avait été en effet saisi entretemps de deux autres inculpations complémentaires pour la non-assistance à personne en danger pendant la demi-heure qui a précédé l'arrivée des secours, et la modification de la scène de crime, en l'absence inexpliquée de 4 des 6 douilles tirées.

Au 18 mai cependant, la justice n'a toujours pas avancé sur ces deux questions pourtant essentielles. Les gendarmes n'ont pas été entendus sur ces questions, et les pompiers, dont les gendarmes ont tenté d'empêcher l'extraction et qui ont pu constater l'absence de soins susceptible de sauver la vie de Jérôme dans l'intervalle, refusent les interviews. Point et retour sur l'affaire ce 18 mai sur Reporterre.

Sans réponse, la famille devrait se constituer partie civile. La dernière commémoration était prévue exceptionnellement le dimanche 19 mai. En lire d'avantage ->ICI<-







Le 20 Mai 2018 marquait le premier anniversaire de la mort de Jérôme Laronze.


Le 20 mai 2018, un an après la mort de Jérôme sous les tirs mortels d’un gendarme de la brigade de Cluny, vous avez été plus de 200 à vous rassembler sur la ferme familiale à Trivy, pour lui rendre hommage et nous renouveler votre soutien.

La journée a débuté par une marche silencieuse, suivie d’un repas partagé et de prises de parole de ses sœurs, neveux, nièces, cousins et amis et de chansons d'hommage.
Une lecture enregistrée par Jacques GAMBLIN de ses chroniques et états d’âmes ruraux a été diffusée, laissant sur les visages de tous une émotion intense et partagée.
La projection d'un extrait de la conférence gesticulée animée par Jérôme lors d’une manifestation de la Confédération paysanne 71 nous a régalé de sa pertinence et de son humour.
Un arbre symboliquement résistant, le gingko biloba, a été planté sur sa ferme, avant un déplacement sur les lieux du drame et un recueillement collectif.
En fin de journée, un groupe s’est rendu pacifiquement devant la gendarmerie de Cluny pour y accrocher symboliquement de la ficelle rouge et montrer que la colère, un an après, ne s'apaise pas et ne s'apaisera que lorsque Justice sera faite.
Ou en sommes-nous dans cette nouvelle épreuve de vérité ?

Alors que le parquet s’adresse à la presse pour l’informer d’une clôture rapide de l’instruction, les deux juges en charge du dossier ignorent nos demandes d’actes et d’audition des proches de Jérôme, ne répondant ni à notre avocat, ni à la famille.

Aucun des proches de Jérôme n’a été entendu, le dossier étant alimenté essentiellement par les témoignages des gendarmes, bien souvent contradictoires dans leur récit.

Toutes les investigations n’ont également pas été réalisées.
Sur les 6 balles tirées, dont 5 ont atteint la voiture de Jérôme sur la partie haute, seuls deux étuis (il s’agit des douilles éjectées à chaque tir) semblent avoir été retrouvés alors que ces étuis permettent habituellement aux balisticiens de préciser les emplacements des tirs.

Que sont devenues les 4 autres douilles, qui les a ramassées, à quel emplacement…..

Sur les deux douilles retrouvées, seule celle rattachée au tir n’ayant pas atteint Jérôme ou son véhicule est exploitée dans la procédure pour préciser qu’elle permet de valider l’emplacement de tir indiqué.
Une seconde douille a cependant été retrouvée par un technicien en investigation criminelle, le lendemain des faits seulement, après que plus d’une trentaine de gendarmes, pompiers, médecins ait occupé les lieux….

Pour quelles raisons la recherche des étuis intervient un jour après les faits, sans aucune rigueur scientifique ?
Pourquoi les lieux n’ont pas été rigoureusement gelés et préservés de toute modification volontaire ou non avant l’intervention des experts?

La présence de cette douille est actée et fait l’objet d’un scellé qui demeure totalement inexploité.
Pourquoi ?

Son emplacement est indiquée, sans aucune exploitation sur le plan balistique.
Pourquoi ?

De nombreux croquis et schémas ont été réalisé mais l’étui retrouvé n’y figure jamais.
Pourquoi ?
Que veut-on taire ?

Notre inquiétude est grande et notre désarroi total face à ces questions auxquelles les juges restent sourds.
Devons-nous encore alourdir notre fardeau et mener une contre-enquête pour exploiter les preuves judiciaires, recruter et payer de nouveaux experts, engager des recours pour que la recherche de la vérité judiciaire se mette en marche ? Cela n’est pas acceptable mais notre détermination reste entière.

La vôtre également et votre présence ou vos mots de soutien nous l’ont encore montrés.

Merci à vous tous pour nous aider à résister et à garder espoir.

Cette journée a décuplé nos forces et nous a montré l’évidence.

L’histoire de Jérôme est universel, celle d’un homme qui a eu le courage de s’élever contre l’absurdité et qu’on a fait taire.

Mais on ne fera pas taire Jérôme!

Son texte sera publié, son histoire sera racontée, diffusée, illustrée car elle est tout sauf anecdotique. De plus en plus d'auteurs, cinéastes, journalistes.... découvrent cette affaire et en comprennent la portée symbolique.

Et ce sera justice pour Jérôme et pour chaque citoyen indigné !

La famille de Jérôme



- Page FB Justice pour Jérôme
- contact : comite-jerome-laronze@riseup.net

Le 19 mai, veille du drame Le Journal de Saône et loire publie cet article qui relate son témoignage : Le jour de sa fuite, Jérôme LARONZE avait en effet contacté la presse pour expliquer son coup de sang du 11 mai, lors de la visite de la DDPP escortés des gendarmes. À bout, il avait avancé vers les gendarmes à bord de son tracteur jusqu'à ce qu'ils doivent s'écarter et avait pris la fuite après ce geste. Des années de visites et contrôles incessants vécus en tout état de cause comme un véritable harcèlement, (cessé puis repris en 2014 suite à la reprise de ses activités militantes).
Il est abattu le 20 par les gendarmes. Les circonstances du drame demandent encore des éclaircissements.
"Les investigations du Bureau d’enquêtes judiciaires de la direction générale de la Gendarmerie nationale concernant l’usage des armes par des gendarmes ayant mortellement touché Jérôme Laronze, le 20 mai dernier, sont terminées. Les conclusions ont été déposées ce mercredi [7/06] sur le bureau de Karine Malara, procureur de la République de Mâcon.(...) Selon les conclusions du bureau d’enquêtes judiciaires de la direction générale de la Gendarmerie nationale, les coups de feu mortels ont été tirés par un seul gendarme." (Le 07 juin, Le journal de saône et Loire Décès de Jérôme Laronze : un seul gendarme est l'auteur des coups de feu mortels)
Il semblerait que les coups de feu qui ont touché Jérôme soient passé par l'arrière du véhicule. Un voisin argue également que le chemin était suffisamment large, les gendarmes n'étaient pas en danger.
"L’auteur des coups de feu mortels est mis en cause dans une information judiciaire pour « violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner », suivie au tribunal de Chalon-sur-Saône."
"L’enquête préliminaire a exclu la légitime défense pour les deux gendarmes présents ce jour-là. La famille, qui s’est rendue à la gendarmerie locale le soir même, s’interroge. Ce samedi après-midi fatidique, « quand les gendarmes l’ont trouvé, il semble qu’il était assoupi dans sa voiture. A-t-il eu vraiment le temps de la démarrer ? » se demande Marie-Noëlle, une de ses sœurs."
(Le 24 juin 2017, Reporterre Un paysan a été tué par les gendarmes)
Pas de légitime défense donc. On peut encore se demander pourquoi et comment des coups de feu ayant entraîné la mort sans intention de la donner ne se sont pas portés sur les pneus plutôt que sur les parties vitales. Répondre à cette question sauverait sans doute quelques vies.
"Un vétérinaire de Saône-et-Loire dénonce les méthodes brutales de contrôle de la Direction de la protection des populations : menaces, mises en demeure, arrogance, etc. Il est vétérinaire en Saône-et-Loire et préfère, parce qu’il a « mandat sanitaire » de la préfecture, rester anonyme. Il va jusqu’à estimer que le drame qui a touché Jérôme Laronze était « prévisible » compte tenu du « véritable harcèlement administratif réalisé par la DSV - DDPP » (Direction des services vétérinaires, un service de la Direction départementale de la protection des populations). Le praticien est témoin de certains courriers de l’administration avec accusé de réception reçus par ses clients paysans." (Le journal Saône et Loire, 24/05/2017 « Un véritable harcèlement administratif sur les paysans » )



à écouter : Mort d'un paysan révolté et la véritable histoire des trois petits cochons https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-brui...



Adhérer au comité de soutien Justice et vérité pour Jérôme Laronze :


Contacter comite-jerome-laronze@riseup.net.





Communiqués :



- Communiqué de la famille :
(clic droit "afficher l'image")

- le 22 Mai, 2017, communiqué de la confédération Paysanne l'Humanite.fr Justice pour Jérôme
- Solidarité paysans - communiqué de presse Un paysan tué par les gendarmes suite à un contrôle sanitaire : comment peut-on en arriver là ?
- Le 27 juin, Attac comité Mâcon Appel à se rassembler chaque mois pour Jérôme Laronze et article presse

D'autres communiqués sur la page FB.

Presse :

(non exhaustif)

- Le 24 juin 2017, Reporterre Un paysan a été tué par les gendarmes
"L’enquête préliminaire a exclu la légitime défense pour les deux gendarmes présents ce jour-là. La famille, qui s’est rendue à la gendarmerie locale le soir même, s’interroge. Ce samedi après-midi fatidique, « quand les gendarmes l’ont trouvé, il semble qu’il était assoupi dans sa voiture. A-t-il eu vraiment le temps de la démarrer ? » se demande Marie-Noëlle, une de ses sœurs."
"L’auteur des coups de feu mortels est mis en cause dans une information judiciaire pour « violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner », suivie au tribunal de Chalon-sur-Saône."
- le 21/06/2017 Hommage: une veillée a été organisée en hommage à Jérôme Laronze ce mardi 20 juin à Mâcon
- le lundi 12 juin 2017, Macon infos JÉRÔME LARONZE : La confédération paysanne appelle à une veillée le 20 juin
- le dimanche 11 juin 2017 par Yonne Lautre Un paysan tué par les gendarmes : la pression des contrôles sanitaires en question (71) : MÉMOIRE ET JUSTICE POUR JÉRÔME, Mardi 20 Juin de 20h à 23h à Mâcon
- le 08/06/2017 à 08:22, Rtl Le Parquet de Mâcon va ouvrir une information judiciaire et confirme bien les soupçons d'une bavure après la mort de Jérôme Laronze, le 20 mai dernier.
- Le 07 juin, Le journal de saône et Loire Décès de Jérôme Laronze : un seul gendarme est l'auteur des coups de feu mortels
"Les investigations du Bureau d’enquêtes judiciaires de la direction générale de la Gendarmerie nationale concernant l’usage des armes par des gendarmes ayant mortellement touché Jérôme Laronze, le 20 mai dernier, sont terminées. Les conclusions ont été déposées ce mercredi [7/06] sur le bureau de Karine Malara, procureur de la République de Mâcon.(...) Selon les conclusions du bureau d’enquêtes judiciaires de la direction générale de la Gendarmerie nationale, les coups de feu mortels ont été tirés par un seul gendarme."
4 juin 2017 Sailly (Saone et Loire) un agriculteur abattu par les gendarmes Selon les premiers éléments de l’enquête, les tirs seraient des tirs latéraux et à l’arrière de son véhicule. (...) les trajectoires des tirs montrent que les deux gendarmes n’étaient pas en situation de danger et donc de légitime défense. Le nombre important de tirs interpelle également sur le but réel poursuivi par les deux gendarmes.
- 5 juin 2017 - GROSJEAN thierry, COMMUNIQUE Justice pour Jérôme LARONZE
- Le 02/06/2017, Le bien Public Eleveur tué par des gendarmes à Sailly : "Jérôme Laronze n’est pas celui qu’on décrit comme un forcené"
- Maj le 25/05/2017 à 18:13, Le Journal de Saône et Loire Affaire de l'éleveur tué à Sailly: nouvelle réaction de la Confédération paysanne
- Le 02/06/2017, Le parisien Saône-et-Loire : la fuite mortelle de l'éleveur bovin
- Le 31/05/2017 à 05:00 L'est républicain Agriculteur abattu : les gendarmes pourraient être poursuivis
- Le 25 mai, la confédération paysanne Stupeur et tristesse : décès de Jérôme Laronze, ex porte-parole de la Conf de Saône-et-Loire.
- Le 24/05/2017, Le journal Saône et Loire « Un véritable harcèlement administratif sur les paysans » "Un vétérinaire de Saône-et-Loire dénonce les méthodes brutales de contrôle de la Direction de la protection des populations : menaces, mises en demeure, arrogance, etc. Il est vétérinaire en Saône-et-Loire et préfère, parce qu’il a « mandat sanitaire » de la préfecture, rester anonyme. Il va jusqu’à estimer que le drame qui a touché Jérôme Laronze était « prévisible » compte tenu du « véritable harcèlement administratif réalisé par la DSV - DDPP » (Direction des services vétérinaires, un service de la Direction départementale de la protection des populations). Le praticien est témoin de certains courriers de l’administration avec accusé de réception reçus par ses clients paysans."
- Le 24 mai 2017, Montceau News Décès de M. Jérôme LARONZE, agriculteur à Trivy. La position de M. Gilbert Payet, Préfet de Saône-et-Loire !
- le 23 Mai 2017, Info Châlon Jérôme Laronze, l'éleveur de Trivy, a reçu trois balles...
- le 22 mai 2017 par E_crieur, Alternatives et autogestion Paysans-travailleurs : Justice pour Jérôme
- le 22 mai, France info Saône-et-Loire: ce que l'on sait de la mort d'un agriculteur tué par les gendarmes
- le 22 mai, Basta Mag Un paysan tué par les gendarmes : la pression des contrôles sanitaires en question
- le 22/05/2017, Creuset info Bernard Lacour : «Jérôme Laronze mortellement blessé par les gendarmes, c’est le drame de la solitude de l’agriculteur»
- lundi 22 mai 2017, Macon info SAILLY : Jérôme Laronze a reçu trois balles mortelles
- Le 22/05/2017, BfmTv Fuite mortelle d'un éleveur bovin: "je fais le lien entre ce drame et la solitude dans le milieu agricole"
- le 22/05/2017 à 08:26, Le Figaro Agriculteur abattu en Saône-et-Loire : deux gendarmes en garde à vue
- le 22/05/2017 à 08:26, Le Nouvel Obs Les deux hommes ont abattu un agriculteur qui fonçait sur eux en voiture, ce samedi 20 mai. Épilogue de l'étrange cavale de cet éleveur bovin.
<head> <meta property="og:image" content="https://www.thechangebook.org/file/attachment/2018/07/52eb1b9e24ed34276ccbe478b41f6a62.jpg"/><meta property="og:type" content="image"/><meta property="og:title" content="Vignette Adama21 07 2018.jpg" /><meta property="fb:admins" content="254990981284133" /> </head>

Adama Traoré



2018



2 ans après la mort d'Adama, les demandes de vérité et de justice de la famille n'ont toujours pas été entendues. Ou plus exactement, la seule réponse semble être un interminable acharnement judiciaire contre chacun des membres de la famille susceptibles d'être malmenés.

Le 21 Juillet prochain, R.V. à Beaumont-sur-Oise à partir de 12h30 pour réaffirmer notre refus du classement de l'affaire, afin que toute la vérité et la justice puisse être faite et que la famille puisse enfin faire son deuil.



DfvTSb6XUAEACQu.jpg


Rappel : un soutien financier reste plus que jamais nécessaire pour mener la bataille juridique et la remporter!


Lire la Lettre ouverte d'Assa Traoré au président de la République

2016 - 2017


Une Ténacité à saluer face à une criminalisation acharnée de cette lutte légitime pour la vérité, la dignité et la justice.


Commémoration de sa mort le 22 juillet 2017 Quartier Boyenval,
Une belle réussite,
On en attends autant de la mobilisation 2018!


Courte présentation des faits :



le jour de ses 24 ans, Adama Traoré est décédé entre les mains de la police dans des circonstances troubles, hélas commune à de nombreux décès mal gérés et mal reconnus jusqu'ici par la justice, la police et l'État.

Comme pour de nombreuses autres victimes de violences policières/d'État, d'incroyables mensonges se sont succédé suite à la mort d'Adama, visant à
1) retarder le moment d'assumer en le déclarant vivant à la famille alors qu'il était mort,
2) diffamer la victime en la faisant passer pour quelqu'un d'assez "mauvais" pour avoir "droit à la mort" sans jugement,
3) le faire croire suffisamment malade pour porter lui-même la responsabilité de sa propre mort
4) Etc, il y en a sûrement d'autres vu le surréaliste manque de complexes des autorités "compétentes" dans cette affaire comme dans d'autres...

Chacun des membres de la famille Traoré se révolte comme il peut contre ce déni de justice, offrant plus ou moins de prise à un adversaire qui, bien qu'ayant tout pouvoir, est semble t-il prêt à en abuser toujours plus pour ne pas, simplement, admettre ses torts et offrir réparation.

Assa Traoré, sœur aînée d'Adama, n'a pas fait exception aux tentatives de disqualification menées contre sa famille. Admirable dans son combat, elle maintien la famille debout face à ces tentatives, qui, sur elle, se montre sous leur vrai visage, (cf l'épisode de la plainte déposée en diffamation contre elle). Une magnifique entrevue du 19 juillet à lire sur Bastamag


Presse du 29 mai au 20 juillet 2017 (par ordre chronologique inversé) :

- le 20/07/2017 Le figaro INFOGRAPHIE - Le 19 juillet 2016, le jeune homme de 24 ans perdait la vie dans des circonstances troubles, après une interpellation musclée, à Beaumont-sur-Oise, dans le Val d'Oise. Rappel des faits (cf Frise)
- le 19/07/2017, France-Info Idf Mort d'Adama Traoré : un an après, l'enquête progresse lentement
- le 19/07/2017 Samba Doucouré pour "SaphirNews" Une expertise démontre qu'Adama Traoré est mort avant l’intervention des secours
- le 19/07/2017, "LaCroix" Un an après, l’enquête sur la mort d’Adama Traoré est relancée
- Le 19 juillet 2017 Adama Traoré : le long démêlage des causes et conséquences
le 05/07/2017 Le Figaro Adama Traoré: la contre-expertise conclut à la mort du jeune homme par asphyxie
- 23 juin 2017, Libération Un frère d’Adama Traoré sera jugé pour outrage envers la maire de Beaumont
- le 20 juin 2017 Libération Un frère d’Adama Traoré convoqué devant la justice
- Le 6/O6/2017, Le parisien : Beaumont-sur-Oise : la peine de Bagui Traoré allégée en appel
- Le 6/O6/2017 Bagui Traoré, frère d'Adama, condamné à 6 mois ferme en appel pour violences
- le 06 juin 2017, Europe 1 Un frère d'Adama Traoré condamné en appel à six mois de prison pour des violences
- le 06 juin 2017, Ouest France Un frère d’Adama Traoré condamné en appel à 6 mois de prison ferme
- le 29 mai 2017, Lundi matin Les vies dignes d’être pleurées
Les familles en recherche de vérité et de justice à la perte d'un proche tué par la police sont malheureusement nombreuses. Nous manquons hélas de temps pour mettre en lumière leur histoire. N'hésitez pas à participer
Récriminer n'est pas proposer